img_pg




img_affiche kaboom img_RSS

Lecteur non fonctionnel



Télécharger au format mp3


Ah mais c’est que ça rigole bien dans ce Kaboom de début d’année. Ça rigole même très bien ! À un moment donné dans cette émission, ne ratez surtout pas lorsque Monsieur Vincent se rit des éditos de Kaboom. Comme quoi, ils seraient hilarants, à se taper le fessier sur le marbre, à s’en décoller les jarrets, à en perdre la raison, à manger de la taupe enragée, à se prendre pour un héros de Rebecca Zlotowski. Môssieur Vincent le répète plein de fois et en rigolant avec ça et puis bien fort de surcroît pour faire sentir toute l’ironie, toute la moquerie méchante, ô combien cruelle, de ses faux compliments. Ah, c’est qu’il s’en paye une bonne tranche, Môssieur Quénault. Môssieur Kunc aussi, il se marre à gorge déployée.

A un autre moment d’ailleurs, lui le Quénault, le chef suprême de la police de Kaboom, avec la complicité de son double collabo, se moquent de ma critique de SUZANNE avant de décréter que si je dis n’importe quoi, son avis à lui tient lieu d’universalité. Saviez vous qu’également le lendemain, il me demandait en off de changer ma note au film de Kore-Eda ? Et je ne vous raconte pas comment se sont déroulés les calculs pour élire le Kaboom d’Or de l’année ! Autant l’avouer tout de suite : je n'ai pas eu mon mot à dire.

Je ne vous révèle pas enfin leur réaction à tous deux quand je leur avouais que je n’avais pas pu voir le HOBBIT. Qu’est ce que cela aurait changé de toute façon ? Sur ce sujet, allez affronter un Kunc en furie… C’est comme se retrouver sur le banc des accusés et vouloir faire avouer à un Tribunal Révolutionnaire qu’il nage en plein délire. Si, si… Un jour, je parlerai, j’écrirai un livre, je passerai chez Christophe Hondelatte, ou chez Mireille Dumas. Sokourov fera un documentaire sur mon calvaire.

Ah c'est qu'elle est belle la démocratie kaboomesque ! Derrière chaque rire se dissimule une ruse. Derrière chaque blague, un coup fourré. Après des années à œuvrer pour la liberté critique, à se moquer de la doxa des grandes revues, à conspuer les avis majoritaires de la presse, à rire de certaines idées reçues, à batailler contre de vieilles visions de cinéma, voilà que mes camarades se montrent aussi tolérants que les dirigeants chinois dans A TOUCH OF SIN. Ah mais ça ne se passera pas comme ça, je ne serai pas dévoré par les LOUPS (de WALL STREET ou non). Je me retrouverai au pire comme Robert Redford, incarnation de l’homme probe. C'est-à-dire seul, tout seul, irrémédiablement seul comme dans ALL IS LOST. Seul, peut être mais je me battrai. Édito après édito.


Frédéric Mercier


PS : cet édito de notre cher confrère est évidemment une blague. Toute ressemblance avec des faits s’étant déroulés seraient aberrants. Voyez d'ailleurs, nous laissons l’édito publié tel quel. Ce qui prouve bien notre tolérance. Veuillez donc excuser ce cher Frédéric qui peine à se remettre des fêtes de fin d’année (trop de drogues et de filles comme chez Scorsese) et mélange de plus en plus la réalité et la fiction.

Les chefs de la police politique critique de Kaboom.


Programme :
(sélection du 11/12/2013 au 07/01/2014)

. LE LOUP DE WALL STREET de Martin Scorsese
. LE HOBBIT : LA DÉSOLATION DE SMAUG de Peter Jackson
. SUZANNE de Katell Quillévéré
. A TOUCH OF SIN de Zhang-ke Jia
. ALL IS LOST de J.c. Chandor

Rétrospective :
-

Invité :
-

Durée :
01H17


img_affiche   img_affiche   img_affiche   img_affiche   img_affiche  


Vos commentaires (0) - Rédiger 2 en attente



img_K
img_pd