img_pg




img_affiche kaboom img_RSS

Lecteur non fonctionnel



Télécharger au format mp3


Populaire ? Populaire, oui. Tel est le nom du film censé être le buzz, le succès, le best seller franchouillard de cette fin d’année. Un film que l’on nous vend depuis déjà pas mal de temps comme le « feel good movie » de l’hiver, le remède à la crise, l’anti dépresseur capable de redresser le morale, la santé, la vigueur sexuelle du pays ; l’œuvre qui a accumulé tous les labels des salles de grande distribution. Le film n’était pas encore présenté à la presse que déjà on savait qu’il était sympa, frais, agréable, un brin vieillot, de bon aloi, sympatoche et charmant comme un gendre idéal. Telle est un peu aujourd’hui la nouvelle loi du marketing ciné qui nous vend, administre et critique ce que nous devons penser des films avant même que les films n’existent. Au fond, c’est à Cannes, sur le marché du film, entre producteurs que tout doit désormais se jouer.
Imaginez la scène :
« J’ai un truc à te vendre sur le tsunami de 2004.
- Avec qui ?
- Ewan Mc Gregor et Naomi Watts.
- IMPOSSIBLE !
Le lendemain, Madame Watts n’est même pas au courant qu’elle va devoir endosser les guenilles d’une énième mère courage que déjà on peut lire dans le métro et sur les affiches : « Un film bouleversant. » « Naomi Watts va vous faire pleurer.» « Inspiré d’un fait réel ». Écrit au-dessus du titre du film, ça ressemble de loin à une critique de cinéma.

Pareil avec AU-DELÀ DES COLLINES. Le film cumule tellement les qualités ou les défauts (c’est selon) de ce que doit être le film d’auteur slave pour festivals et a gagné tellement de prix, qu’on nous le vend d’emblée comme « Un chef d’œuvre âpre, sobre et universel » « Une œuvre grave et rare», voire « Un vrai drame humain ». On pourrait continuer comme ça à l’infini sans rien dire.

Ainsi, LES CINQ LÉGENDES, le film d’animation de Dreamworks, sera forcément « enchanteur, féérique », « les petits et les grands vont adorer ça » comme tous les autres films enfantins de Noël. Quant à UNE NOUVELLE CHANCE, comme il est avec Clint Eastwood, cela suffit pour que l’on nous dise, avant même de savoir de quoi il parle: « Clint au sommet», « Le dernier grand rôle de Clint» ou encore « Dans la lignée de Grand Torino et Million Dollar Baby ». Le film pourrait raconter l’histoire d’un extraterrestre unijambiste et hermaphrodite amoureux de Nicolas Kunc mais dragué par Vincent Quénault, il y aurait toujours quelqu’un pour écrire : « Clint n’a jamais été aussi émouvant depuis Sur La Route De Madison. » Bref, on confond arguments de producteurs, stratégies publicitaires avec critiques de cinéma.

THÉRÈSE DESQUEYROUX étant à la fois une adaptation du roman le plus étudié au collège et l’ultime opus du regretté Claude Miller, on sait d’avance qu’il s’agit d’un « film testament » ou « de l’ultime classique d’un de nos grands classiques. »
En confondant ventes et débats, pensée et pubs, on nivelle tout vers le bas, faisant de n’importe quel film n’importe quel chef d’œuvre hebdomadaire vendu au rabais. Regardez dans les rues, sur les colonnes, dans les transports, tout se vaut. On se demande encore à quoi sert le ou la critique.
Dans ce nouveau Kaboom, nous sommes secondés, épaulés par ce diable de bon débatteur qu’est Nicolas Gilli de Filmosphere.
Ensemble, nous espérons donner envie ou non de voir les films mais aussi et surtout d’encourager à s’interroger sur la valeur de ce que l’on veut nous faire consommer sans réfléchir.


Frédéric Mercier


Programme :
(sélection du 21/11/2012 au 04/12/2012)

. LES CINQ LÉGENDES de Peter Ramsey (Ecouter)
. POPULAIRE de Regis Roinsard (Ecouter)
. UNE NOUVELLE CHANCE de Robert Lorenz (Ecouter)
. AU-DELÀ DES COLLINES de Cristian Mungiu (Ecouter)
. THÉRÈSE DESQUEYROUX de Claude Miller (Ecouter)
. THE IMPOSSIBLE de Juan Antonio Bayona (Ecouter)

Rétrospective :
-

Invité :
Nicolas GILLI
"Filmosphère"

Durée :
01H26


img_affiche   img_affiche   img_affiche   img_affiche   img_affiche   img_affiche  


Vos commentaires (0) - Rédiger 13 en attente



img_K
img_pd