img_pg




img_affiche kaboom img_RSS

Lecteur non fonctionnel



Télécharger au format mp3


Le 26/01/2013 -

Si à chaque fois qu’un cinéaste vieux d’au moins vingt ans sortait un nouveau film, on lui consacrait un Kaboom Klassic, on n’en aurait pas fini. Il y aurait une émission quotidienne tout au long de l’année sans jamais pouvoir s’octroyer le temps de faire un tour au cimetière ou à la Cinémathèque pour embaumer nos morts. Rien qu’en France : on devrait déjà avoir copieusement glosé sur l’œuvre de Jean Becker, fils de Jacques, à qui nous devons une filmographie d’une rare cohérence, harmonieuse et personnelle, dilatant sur de nombreux opus une même vision hors du temps, des normes, des modes de notre terroir. Il y a un fil directeur, une vraie vision du monde qui unifie en un système parfaitement ripoliné « Effroyables Jardins », « Les Enfants du Marais » et « Bienvenue Parmi Nous ». Jean Becker, Auteur (Avec ce beau A majuscule) en ce qu’il répond précisément à la définition telle que fabriquée par la théorie : un artiste qui peut faire fi de n’importe quel scénario et, par sa seule mise en scène (laquelle traduit sa morale) rendre quoi que ce soit une œuvre identifiable comme celle imaginée, rêvée, désirée par monsieur « Jean Becker ».

Allez donc savoir en réalité à quoi ça tient un auteur, un artiste, un cinéaste ? A quoi ça tient quand on entend un critique dire de tel livre que « ce n’est pas de la littérature », que tel film « n’a rien à voir avec le cinéma » et qu’il ne s’agit en fait que « d’un produit ». A quoi ça tient quand on se pâme en entendant Pialat dire (pour coller à son personnage) de tel peintre qu’il n’en est pas un, de tel tableau « que cela n’est pas peint ».

On me passera ce petit relativisme grisâtre hivernal tristounet. Qui me contredira pourtant qu’untel Tarantino n’est pas un produit, qu’untel film estampillé « auteur » n’est en fait qu’un produit pour un type de spectateurs qui ont envie de voir une œuvre agrémentée de repères sociaux culturels auxquels s’identifier. Que ce que l’on nomme le manque d’ambition n’est pas aussi parfois façonné de manière à ce que l’on identifie immédiatement le film comme « modeste » pour savoir où le ranger et de quelle manière l’aimer ou non. Même chose pour les œuvres « plus sérieuses », « plus denses », « plus libres ». Les films sont faits par des hommes qui cherchent aussi à être aimés (ou pas) en donnant d’eux mêmes ce qu’ils désirent pour être ou non appréciés. La nature du cinéma ne permet pas toujours clairement de savoir où caser les films. Et c’est tant mieux.

Tarantino (je suis incapable de dire s’il a raison ou tort) a un jour fait peu ou prou le pari de niveler les genres, les références les influences, le cinéma et télé. Un rêve d’indifférenciation qui souvent est présent à l’état idéal ou cauchemardesque dans la mythologie américaine. Ainsi, rien que dans DJANGO UNCHAINED, le théâtre classique du XVIIIème côtoie le western spaghetti, Griffith et Corbucci, Beethoven et le hip hop, le langage châtié et un autre qui l’est un tantinet moins. C’est un peu comme Kaboom où les blagues acerbes de Nicolas (façon South Park ou alors plus Butthead que Beavis) caressent les envolées lyriques (très opéra italien du XIXème) de Vincent et mes coups de gueule façon Jean Pierre Coffe repu après un gros déjeuner très arrosé. Égalité des genres, des influences, des hommes avant que le cinéaste, Tarantino, ne fasse un peu le tri pour montrer où se porte son amour, sa morale et le sens de l’histoire tel qu’il la conçoit et voudrait la voir évoluer à l’avenir.

Avec cette émission, on a fait comme lui. On a tout mis au même niveau, comparé BOULEVARD DE LA MORT à RESERVOIR DOGS, PULP FICTION à INGLOURIOUS BASTERDS, KILL BILL 1 à KILL BILL 2, JACKIE BROWN à son sketch de GROOM SERVICE.
On a tiré des coups (de feu), des signals d’alarme, discuté à bâtons rompus, étrillé les arguments des autres, bastonné les contradicteurs, charcuté les propos hors de propos et baisé ceux qui nous semblaient adéquats. Bref, ce Kaboom est une partouze de mots, de verbes avec des queues et peu de têtes. En fait, on se rend compte que la glose, le plaisir de parler de Tarantino, en faisant appel à mille souvenirs, à mille plans, mille comédiens, mille références hétérogènes, mille anecdotes ressemble un peu à son cinéma. Et que le plaisir de le faire est presque proportionnel à celui qu’il nous donne dans chacun de ses films. Comme s’il faisait des films, tout simplement, pour qu’on en parle.


Frédéric Mercier


Programme :
. Quentin Tarantino (Rétrospective)

Films proposés :
. RESERVOIR DOGS de Quentin Tarantino
. PULP FICTION de Quentin Tarantino
. JACKIE BROWN de Quentin Tarantino
. KILL BILL VOL.1 de Quentin Tarantino
. KILL BILL VOL.2 de Quentin Tarantino
. BOULEVARD DE LA MORT - UN FILM GRINDHOUSE de Quentin Tarantino
. INGLOURIOUS BASTERDS de Quentin Tarantino
. DJANGO UNCHAINED de Quentin Tarantino

Invité :
-

Durée :
01H20

Informations complémentaires et supports

QUENTIN TARANTINO


img_affiche

Quentin TARANTINO (ETATS-UNIS)

À l'occasion de la sortie du tourbillon "Django Unchained" qui fait l'évènement auprès de la critique et du public, reprenons-en une louche et plongeons dans la filmographie déjantée et jubilatoire de Quentin Tarantino....



RESERVOIR DOGS   (1992)

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : policier, thriller
1 h 39 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
Après un hold-up manqué, des cambrioleurs de haut vol font leurs comptes dans une confrontation violente, pour découvrir lequel d'entre eux les a trahis.




PULP FICTION   (1994)

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : policier, thriller
2 h 29 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
L'odyssée sanglante et burlesque de petits malfrats dans la jungle de Hollywood à travers trois histoires qui s'entremêlent.




JACKIE BROWN   (1998)

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : policier, drame
2 h 30 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
Jackie Brown, hôtesse de l'air, arrondit ses fins de mois en convoyant de l'argent liquide pour le compte d'un trafiquant d'armes, Ordell Robbie. Un jour, un agent federal et un policier de Los Angeles la cueillent à l'aéroport. Ils comptent sur elle pour faire tomber le trafiquant. Jackie échafaude alors un plan audacieux pour doubler tout le monde lors d'un prochain transfert qui porte sur la modeste somme de cinq cent mille dollars. Mais il lui faudra compter avec les complices d'Ordell, qui ont des méthodes plutôt expéditives.




KILL BILL VOL.1   (2003)

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : action, drame, thriller
1 h 52 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
Au cours d'une cérémonie de mariage en plein désert, un commando fait irruption dans la chapelle et tire sur les convives. Laissée pour morte, la Mariée enceinte retrouve ses esprits après un coma de quatre ans. Celle qui a auparavant exercé les fonctions de tueuse à gages au sein du Détachement International des Vipères Assassines n'a alors plus qu'une seule idée en tête : venger la mort de ses proches en éliminant tous les membres de l'organisation criminelle, dont leur chef Bill qu'elle se réserve pour la fin.




KILL BILL VOL.2   (2004)

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : action, thriller
2 h 15 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
Après s'être débarrassée de ses anciennes collègues Vernita Green et O-Ren Ishii, la Mariée poursuit sa quête vengeresse. Il lui reste à régler le sort de Budd puis de Elle Driver avant d'atteindre le but ultime : tuer Bill.




BOULEVARD DE LA MORT - UN FILM GRINDHOUSE   (2007)
GRINDHOUSE: DEATH PROOF

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : drame, comédie, thriller
1 h 50 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
C'est à la tombée du jour que Jungle Julia, la DJ la plus sexy d'Austin, peut enfin se détendre avec ses meilleures copines, Shanna et Arlene. Ce TRIO INFERNAL, qui vit la nuit, attire les regards dans tous les bars et dancings du Texas. Mais l'attention dont ces trois jeunes femmes sont l'objet n'est pas forcément innocente. C'est ainsi que Mike, cascadeur au visage balafré et inquiétant, est sur leurs traces, tapi dans sa voiture indestructible. Tandis que Julia et ses copines sirotent leurs bières, Mike fait vrombir le moteur de son bolide menacant...




INGLOURIOUS BASTERDS   (2009)

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : drame
2 h 33 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
Dans la France occupée de 1940, Shosanna Dreyfus assiste à l'exécution de sa famille tombée entre les mains du colonel nazi Hans Landa. Shosanna s'échappe de justesse et s'enfuit à Paris où elle se construit une nouvelle identité en devenant exploitante d'une salle de cinéma. Quelque part ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs américains pour mener des actions punitives particulièrement sanglantes contre les nazis. "Les bâtards", nom sous lequel leurs ennemis vont apprendre à les connaître, se joignent à l'actrice allemande et agent secret Bridget von Hammersmark pour tenter d'éliminer les hauts dignitaires du Troisième Reich. Leurs destins vont se jouer à l'entrée du cinéma où Shosanna est décidée à mettre à exécution une vengeance très personnelle...




DJANGO UNCHAINED   (2013)

img_affiche

Long-métrage ETATS-UNIS

Réalisé par Quentin Tarantino

Genre(s) : western
2 h 44 min

img_note (Vincent QUÉNAULT)
img_note (Nicolas KUNC)
img_note (Frédéric MERCIER)

Aller plus loin
•   Fiche allociné
Synopsis :
Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz, un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django, un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs. Alors que les deux hommes pistent les dangereux criminels, Django n’oublie pas que son seul but est de retrouver Broomhilda, sa femme, dont il fut séparé à cause du commerce des esclaves… Lorsque Django et Schultz arrivent dans l’immense plantation du puissant Calvin Candie, ils éveillent les soupçons de Stephen, un esclave qui sert Candie et a toute sa confiance. Le moindre de leurs mouvements est désormais épié par une dangereuse organisation de plus en plus proche… Si Django et Schultz veulent espérer s’enfuir avec Broomhilda, ils vont devoir choisir entre l’indépendance et la solidarité, entre le sacrifice et la survie…




Vos commentaires (0) - Rédiger 24 en attente



img_K
img_pd